A la découverte du sabéisme : Religion que les sérères pratiquaient dans l’Égypte antique.

Les sérères Safène sont originaires d’Egypte. Ils y ont séjourné de 3200 à 30 avant J.C, date à partir de la quelle, suite à l’invasion romaine, ils traversent le Sahara avant d’atterrir dans le Tékrour. C’est dans cette partie septentrionale du pays, la vallée du fleuve Sénégal rappelant celle du Nil,

où ils séjournèrent avec les Ja Ogo. Réfractaires à l’Islam, les sérères safy ont préféré quitter le Fouta pour venir s’installer dans le Djolof. Leur religion était le sabéisme. Ils croyaient en Dieu (Kokh Sene) et priaient sept fois par jour. Après la dislocation de l’empire du Djolof, les safy et les lébou refusèrent d’être sous protectorat du Damel et quittèrent le Cayor pour s’installer respectivement dans les régions de Thiès et Dakar.

Les safy sont dans la zone comprise entre les axes Sébikhotane-Popenguine et Mbourokh-Bandia. C’est une société égalitaire « le communisme safy » où la royauté et les castes sont quasi inexistantes. A l’entrée de chaque concession, on y retrouvait des tombes ou des Lomb (pyramide sérère) où étaient enterrés les dignitaires (khed kakhaan).

Le peuple est subdivisé en clans selon les lignées paternelles et maternelles. Il existe les yookam, les yandool, les daaya, les …etc. Par exemple ma lignée maternelle est le Lakha et ma lignée paternelle est le Safy. Rien qu’avec ces lignées claniques je peux facilement refaire mon arbre généalogique.

Le Safène est le seul endroit au Sénégal où la vierge Marie est apparue pour la première fois.

Cela explique le pèlerinage martial de Popenguine que la communauté chrétienne célèbre chaque année. C’est le safène qui abrite le deuxième palais présidentiel du pays, le deuxième aéroport du pays et la première localité du pays où le Salatoul Tasbia est prié chaque année, depuis des décennies, par la famille d’Ibou Sakho (RAA). Vous retrouverez dans la localité, l’école normale William Ponty de Sébikhotane qui a formé les premiers instituteurs du pays, d’importants périmètres maraichers (Van Oers), et les tumulus ou les pyramides de Bandia.

Son sous sol est très riche. Il approvisionne le peuple sénégalais en eau minérale (Kirène), en gré quartzique de Bandia (le béton blanc) mélangé au clinker (découvert récemment) pour la construction des bâtiments et le gré rouge (latérite) de Thicky et Gandoul pour la construction des routes. Ses nombreuses forêts classées (4 au total) participent à la lutte contre les effets des changements climatiques et alimentent le marché en miel, en bois de chauffe, en produits de cueillette, en bois de coffrage et en produits pharmaceutiques.

Après avoir accueilli la seule réserve animalière (Le Bandia) à Sindia, le plus grand circuit automobile (formule1) et la deuxième cimenterie du pays (les ciments du sahel), c’est dans la zone safy que sera aménagée la zone économique intégré sur une superficie de 10.000 ha.
Malgré tout, les budgets des collectivités locales dans la zone Safène sont trop faibles et le niveau de vie des populations est précaire. Oh Safène mon pays, sèche tes larmes ! Un jour, tu seras libéré par ta jeunesse (instruite et responsable) et tes dignes fils qu’on retrouve dans toute l’administration sénégalaise, à l’étranger et dans la diaspora. VIVE LA SAFINITE !!!!!!

L’auteur: Dr Mame Cheikh NGOM

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*