Algérie : démission du Premier ministre et une nouvelle constitution en vue

Le Premier ministre Ahmed Ouyahia a présenté lundi 11 mars sa démission au président Abdelaziz Bouteflika, qui a nommé dans la foulée le ministre de l’Intérieur Noureddine Bedoui pour le remplacer.

Confronté à une contestation inédite en vingt ans de pouvoir,Abdelaziz Bouteflika, le président algérien, a annoncé dans un message adressé à la nation, lundi 11 mars, le report de l’élection présidentielle prévue le 18 avril 2019, et sa décision de ne pas briguer un 5e mandat à la magistrature suprême. Il précise que la présidentielle aura lieu « dans le prolongement » d’une conférence nationale chargée de réformer le système politique et d’élaborer un projet de Constitution d’ici fin 2019.

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian « salue » la décision du président algérien de ne pas briguer un cinquième mandat et de « prendre des mesures pour rénover le système politique algérien ». Suivez la situation et les réactions dans notre direct.

Pas de cinquième mandat. « Il n’y aura pas de cinquième mandat et il n’en a jamais été question pour moi, mon état de santé et mon âge ne m’assignant comme ultime devoir envers le peuple algérien que la contribution à l’assise des fondations d’une nouvelle République », écrit dans son message à la nation Abdelaziz Bouteflika. « Cette nouvelle République et ce nouveau système seront entre les mains des nouvelles générations d’Algériennes et d’Algériens », poursuit-il.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*