Des acteurs prônent une réforme de l’administration pour réussir le PSE

Des participants à un panel consacré à la modernisation de la gestion des ressources humaines ont préconisé une réforme de l’administration articulée autour de la promotion d’un capital humain et d’un réseau de ressources capables d’impulser des transformations structurelles nécessaires au développement économique à long terme.

‘’L’administration sénégalaise doit être repensée pour la mettre au service de la production de valeurs (citoyennes), a par exemple indiqué Ibrahima Wade, directeur du Bureau opérationnel de suivi du Plan Sénégal émergent, référentiel des programmes devant permettre au pays d’atteindre l’émergence économique à l’horizon 2035.

Il participait notamment à un diner-débat organisé vendredi par l’Association sénégalaise des anciens de l’Ecole nationale d’administration de France (ASENA) sur le thème de la ‘’modernisation de la gestion des Ressources Humaines face aux enjeux du PSE’’.

‘’Dans le PSE, on ne parle plus de ressources humaines, mais plutôt de capital humain qui est un enjeu de transformation structurelle et de développement à long terme’’, a fait valoir Wade qui loué les initiatives déjà prises pour opérer des transformations.

‘’Entre 2014 et 2018, plusieurs mesures correctives ont été prises pour répondre aux objectifs de l’économie et du PSE’’ a rappelé, en citant entre autres, l’alignement des formations de l’enseignement supérieur aux besoins de l’économie, développement accéléré des formations techniques et professionnelles.

Le directeur du BOS du PSE a également évoqué la structuration et la promotion de la formation continue, non sans vanter les résultats déjà obtenus en termes de création d’emplois des petites et moyennes entreprises (PSE).

A sa suite, Mamadou Diallo, président de la commission stratégie de l’Association sénégalaise en ressources humaines a insisté sur l’importance de ‘’repenser le modèle de gestion des ressources humaines’’.

‘’Il y a de lourdes tâches qui interpellent les ressources humaines dans la transformation d’une entreprise. On ne parle même plus de capital humain mais de réseau humain, une ressource rare, unique et qui différencie les entreprises’’, a-t-il analysé.

Il y a de nouveaux paradigmes dans la gestion des ressources humaines. Les ambitions du PSE exigent que nous interrogions les ressources humaines dans l’administration’’, a de son côté réagi, Abdoulaye Ndiaye, directeur de Fonction publique.

Selon lui, la modernisation s’impose dans la mesure où l’administration constitue le moteur de l’émergence devant fournir aux usagers des services de qualité.

Yoro Dia, président de l’association initiatrice de la rencontre, a insisté sur l’importance de disposer d’un secteur privé dynamique pour atteindre les objectifs de l’émergence économiques.

’C’est la raison pour laquelle nous avons invité des acteurs du public et du privé. Les fonctionnaires sont certes bien formés, mais nous pensons qu’une formation continue est importante. Le fonctionnaire se situe au début et à la fin de l’émergence’’, a-t-il commenté.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*