Egypte: l’armée annonce la mort de 59 jihadistes présumés dans des opérations

Les forces armées égyptiennes ont annoncé mardi la mort de 59 jihadistes présumés et de sept militaires dans de récentes opérations, près d’un an après le début d’une vaste campagne contre le groupe Etat islamique.

« La mise en œuvre d’opérations a conduit à l’élimination de 44 takfiristes (extrémistes) », ont annoncé les forces armées dans une vidéo retransmise à la télévision. Quinze autres « takfiristes » ont été tués lors d’un raid « préventif » de la police, selon l’armée qui n’a pas donné de précision sur les lieux de ces opérations.

« Un officier et six soldats sont morts en martyrs durant les affrontements et le nettoyage des foyers terroristes », ont également indiqué les forces armées.

L’Egypte annonce régulièrement la mort de jihadistes présumés dans le cadre de raids menés par les forces de sécurité contre des groupes extrémistes, très actifs depuis la destitution par l’armée du président islamiste Mohamed Morsi en 2013.

Sinaï 2018

Les autorités égyptiennes ont lancé en février 2018 une vaste campagne baptisée « Sinaï 2018 » pour déloger l’organisation Etat islamique de cette péninsule située à l’est, et du reste du pays, notamment de la frontière avec la Libye.

Au total, plus de 550 jihadistes présumés et une quarantaine de militaires ont été tués depuis le lancement de « Sinaï 2018 », selon les chiffres officiels. Cette opération était prévue pour durer trois mois, selon les instructions du président Abdel Fattah al-Sissi à ses forces de sécurité.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*