Birmanie: mandat d’arrêt contre le moine extrémiste Wirathu

Le bonze ultra-nationaliste est visé par un mandat d’arrêt des autorités birmanes depuis mardi 28 mai. Après une interdiction de s’exprimer pendant un an, qui s’est terminée en mars 2018, le bonze Wirathu est apparu en public ces derniers mois, avec dans son viseur le gouvernement civil au pouvoir.

Trois ans de prison. Voilà ce que risque aujourd’hui celui qui avait été surnommé par le magazine Time « le visage de la terreur bouddhiste ». Le moine Wirathu est visé par un mandat d’arrêt pour incitation à la haine et au mécontentement, contre le gouvernement notamment.

Depuis plusieurs semaines, les autorités birmanes cherchent à poursuivre en justice ce bonze ultra-nationaliste, connu pour ses discours de haine contre la minorité musulmane du pays, dont les Rohingyas. Banni de Facebook sous son nom officiel, le religieux avait été interdit de s’exprimer en public en Birmanie pendant un an.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*