Casamance – L’Etat « confisque » la dépouille d’Ousmane Gnantang Diatta et l’enterre nuitamment ce dimanche

Pour empêcher le commandant de l’aile dure du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC), Salif Sadio, de participer aux obsèques de l’ex chef rebelle, Ousmane Gnantang Diatta, décédé dans la nuit du jeudi 12  au vendredi 13 Septembre 2019, l’Etat a « confisqué » la dépouille de l’ex combattant de Mfdc pour l’enterrer nuitamment hier dimanche.

Les choses sont allées plus vite que prévues. Le rouleau compresseur a été activé par les autorités administratives. L’inhumation du chef rebelle Ousmane Gnantang Diatta, décédé dans la nuit du jeudi 12 au vendredi 13 septembre 2019, initialement prévue aujourd’hui lundi,  ne se fera pas comme prévu. Car, Ousmane Gnantang Diatta a finalement été enterre hier dimanche tard dans la nuit. Au moment ou les proches s’activaient pour les derniers réglages des funérailles dignes d’un chef, le cercueil  de l’ex commandant d’Atika est arrivé hier dimanche après-midi, dans son village natal de Tendouck.

L’enterrement de l’ex chef rebelle, Ousmane Gnantang Diatta, avait suscité une polémique. Et pour cause, la présence annoncée du commandant de l’aille dure du Mfdc, Salif  Sadio, à l’inhumation de son camarade de lutte, ce lundi 15 septembre, au cimetière musulman de Tendouck. Les autorités étatiques ont décidé de chambouler tout le programme qui avait été retenu. Peut-être pour des mesures de sécurité. « Aux dernières nouvelles, Ousmane Gnantang Diatta a été enterré tard dans la soirée du dimanche 15 septembre 2019, dans un mystère que personne ne peut expliquer pour l’heure, par les autorités étatiques sénégalaise, après quelles ont confisqué sa dépouille.  La cérémonie d’inhumation a été marquée surtout par la présence des autorités administratives. Elles ont pris tout le monde au dépourvu », confie une source digne de foi. Dans la foulée, notre interlocuteur apprend que « des proches de Ousmane Gnantang Diatta se disent choqués par le fait que les  autorités administratives les aient forcés à accepter un programme de funérailles et d’inhumation qui serait contraire à leur volonté ».

Pour rappel ; l’ex-combattant  du Mfdc, reconverti en ambassadeur de la paix, est décédé dans la nuit du jeudi 12 au vendredi 13 septembre 2019 des suites d’une longue maladie à Nioro, dans la région de Kaolack. Ancien combattant du camp rebelle de Sikone, aujourd’hui contrôlé par son adjoint  d’alors Kampala, Ousmane Gnantang Diatta est né dans le village de Tendouck, sis dans le département de Bignona.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*