Fermeture de la bretelle de sortie du cimetière Saint-Lazare

Avec des embouteillages sans précédent, la VDN devient une  « Voie sans issue »

Depuis lundi dernier, la VDN est devenue encore plus difficile à traverser en raison de l’accentuation des bouchons. En cause, le nouveau plan de circulation mis en place à cause des travaux de construction de l’autopont du cimetière Saint-Lazare, qui a entraîné la fermeture de la bretelle du « Poste SDE ». Et comme aucune solution alternative n’a été mis en place, les trois ponts de la VDN restent les seules sorties disponibles où s’agglutinent désormais des milliers de véhicules.

A cause des travaux en cours, le passage appelé « Poste SDE » ou « Poste Courant », à hauteur du cimetière Saint-Lazare de Béthanie a été fermé à la circulation. Désormais, les automobilistes qui viennent de la Foire et qui veulent bifurquer vers la gauche pour entrer dans les Sacré-Cœur ou reprendre la VDN dans l’autre sens ne peuvent plus le faire. La bretelle de sortie est bloquée par des blocs de béton. Idem dans l’autre sens pour les automobilistes qui viennent de la ville et qui veulent aller vers le cimetière ou la bretelle qui passe devant le Good Rade et la Résidence Mamoune ou alors vers la vile.

Un plan de circulation fermé avec « trois sorties toujours bouchées » à cause de l’impressionnant nombre de véhicules qui s’y retrouvent, pour reprendre les propos de Mor Diop, employé d’une société basée sur la VDN. « La VDN est devenue une sortie de cul-de-sac pour nous qui y travaillons et qui devons l’emprunter plusieurs fois par jour pour aller ou sortir du bureau. Il n’y a plus de possibilité de prendre un raccourci pour éviter les échangeurs où la circulation est trop dense », dit-il.

Les taxis réajustent les prix sur le temps des bouchons. Une situation qui irrite aussi les clients, contraints de subir la loi des taximen, même si certains concèdent que personne ne peut s’en sortir indemne, vu la situation. C’est le cas de Mariama. Cette dame qui habite Ouest-foire confie qu’elle payait le taxi à 1500 francs CFA  pour rejoindre son bureau à Sacré-Cœur 3. « Mais depuis mardi, les taxis refusent de faire la course à moins de 2000 francs CFA », nous renseigne-t-elle.

Vox Populi

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*