Grâce de Khalifa Sall et Cie : Tout est parti d’une lettre de Me Khassimou Touré écrite le 19 juillet 2019

La polémique enfle, depuis l’élargissement de Khalifa Sall et Cie, sur les conditions de la grâce qui leur a été accordée par le Président Macky Sall. Dans sa parution de ce mardi, Libération démêle l’écheveau de ce qui ressemble à une épilogue de l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar. D’emblée, le journal écrit : « En cette fin du mois de juillet 2019, lorsqu’il franchit le portail de la prison de Rebeuss, Me Khassimou Touré a pris une décision ferme : informer Khalifa Sall de l’acte qu’il venait de poser quelques jours plus tôt. Sous la supervision du Directeur de l’administration pénitentiaire, l’avocat salue son « frère » et va droit au but : « Tu vas sortir. J’ai pris mes responsabilités. J’avais le devoir de le faire. Toi et Mbaye Touré vous êtes des frères et je ne vais pas vous laisser croupir dans ce trou ». L’ancien maire de Dakar : « Mais qu’est-ce que tu as fait ? ». L’avocat : « Les commentaires, ce sera après. Tu pourras m’insulter après, quand tu sortiras, mais j’ai pris mes responsabilités en demandant la grâce et j’en assumerai toutes les conséquences ».

Me Khassimou Touré prend ses responsabilités

Ses « responsabilités », Me Khassimou Touré les a prises à travers une lettre en date du 19 juillet 2019 adressée au président de la République. « Sur initiative personnelle », comme il le précise à l’entame du courrier adressé à Macky Sall, il sollicite la grâce pour Khalifa Sall, son frère Mbaye Touré mais aussi Yaya Bodian avec des arguments très profonds. En dehors du chef de l’État, destinataire de la lettre et de son auteur, seul Me Malick Sall, le ministre de la Justice, était au courant. Serigne Mountakha Mbacké, qui s’était déplacé jusqu’en prison pour rendre visite à son disciple Mbaye Touré, était aussi informé de la démarche. Mieux, ce dimanche, quelques heures avant l’ébruitement de la nouvelle, Me Khassimou Touré, le premier à être mis au courant, s’est rendu à Rebeuss où il est resté de 18 heures jusqu’à 20 heures. Fait assez cocasse, un des avocats de Khalifa Sall, qui semble s’écarter de son initiative dans la presse, l’a appelé pour le féliciter avant d’arriver à la prison dans la soirée.

Des avocats commis par Karim Wade

Placé depuis dimanche dans le collimateur de ses confrères et des partisans de Khalifa Sall, Me Khassimou Touré n’en a cure des cris d’orfraie des uns et des autres. D’autant plus que c’est lui-même qui a affrété la voiture V8 qui faisait partie du convoi de Khalifa Sall. Avocat de la ville de Dakar, il avait été appelé par Khalifa Sall pour défendre sa cause, à l’instar de celle de son frère Mbaye Touré, en compagnie de Mes Aïssata Tall Sall et El Hadji Diouf. Mais, entretemps, le collectif s’est agrandi avec des avocats commis par Karim Wade entre autres. Lors du procès en première instance de Khalifa Sall, la plaidoirie émouvante de Khassimou Touré avait tellement marqué l’ancien maire de Dakar que ce dernier lui avait envoyé, le lendemain, un message via Me François Sarr, le coordonnateur du collectif des avocats. « Je pèse bien mes mots : des arguties. Effectivement, dans ce dossier, la politique est plus dominante que le droit », avait lancé, ce jour-là, l’avocat aux juges. N’empêche, Khalifa Sall sera lourdement condamné.

« Des confrères sont allés dire que je suis une taupe »

Pourtant, le 9 juillet 2018, lors du procès en appel de Khalifa Sall et Cie, Me Khassimou Touré ne plaidera que pour son frère Mbaye Touré. C’est que, quelques jours auparavant, l’avocat, connu pour être droit dans ses principes, avait claqué la porte du collectif. Comme il l’expliquera, après, lors d’une visite à Rebeuss, à Khalifa Sall : « Tu es mon frère, mais il y a quelque chose qui me gêne beaucoup. Des confrères sont allés raconter que je serai une taupe parce que proche de Macky Sall. J’assume ma relation avec Macky Sall comme j’assume ma relation avec toi. Mais, tu me connais, je ne suis la taupe de personne et je n’entre pas dans un dossier par effraction. Je quitte le collectif pour mettre à l’aise tout le monde et je continuerai à défendre mon frère. Mais, saches que, même hors du collectif, je me battrai pour te sortir d’ici, qu’importe le prix à payer ». Au regard de la tournure que vient de prendre ce dossier sulfureux, qui a tenu en haleine l’opinion publique nationale et internationale, Me Khassimou Touré semble avoir tenu parole.

Auteur : Seneweb

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*