Le violentomètre: l’outil qui mesure les violences conjugales

Soixante-seize femmes ont déjà été tuées sous les coups de leur compagnon ou ex-compagnon depuis le début de l’année 2019. Plus d’une Francilienne sur dix est victime de violences au sein de son couple, d’où la nécessité de mettre au point un instrument d’aide aux victimes.

Le principe est simple, une échelle de valeurs allant de 1 à 24, du vert au rouge, pour indiquer ce qui est considéré comme sain dans une relation amoureuse ou ce qui est nocif, voire dangereux. Les exemples présents sur le violentomètre viennent de témoignages recueillis par l’association En Avant Toute(s). Cela permet de comparer et situer sa relation.

Le violentomètre a été créé à la fin de l’année 2018 par le Centre Hubertine Auclert, et il est inspiré d’un outil similaire qui a été développé au Mexique.

Ce centre comprend un observatoire régional des violences faites aux femmes, qui a participé à l’élaboration du violentomètre, en collaboration avec Hélène Bidard, adjointe à la mairie de Paris pour l’égalité femmes-hommes, l’observatoire de la Seine-Saint-Denis des violences faites aux femmes et l’association En Avant Toute(s).

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*