Les Nigérians connaissent-ils mieux Cheikh Ibrahima Niass (Baye Niasse) que les Sénégalais ?

Entre Cheikh Ibrahima Niass Baye et le Nigéria, c’est une histoire d’amour. Le fondateur de la Fayda Tidjania avait fait  de ce grand  d’Afrique de l’ouest, sa seconde patrie. Un attachement que le pays qui compte le plus grand nombre de talibés tidjanes d’obédience Niassène dans le monde (60 millions), lui rend bien. 

Cheikh Ibrahima Niasse est un des nombreux Khalifes de la communauté Tidiane du Sénégal. La localité de Médina Baye, qu’il a créée un vendredi 03 Avril 1931 est devenue un foyer ardent de la Tidianya, où viennent se ressourcer des fidèles musulmans de tous les horizons.

Educateur hors-pair, ses enseignements ont traversé les frontières et poussent des milliers de personnes à faire le déplacement lors de la commémoration du Gamou pour se recueillir au mausolée du maitre de la Fayda Tidiane.

Parmi ces communautés qui se ruent vers Médina Baye, les Haoussa, Yorouba, Djerma, Bambara, Dogomba, Frafra, Malinké, Peul, Maure, Soninké, Wolof, Sérere, Mossi, Arabe, Berbère, Soudanais, Soussou, Dogon, Diola, Dioula, mais aussi Américains, Chinois, Japonais, Français, Anglais, Pakistanais et même des Russes.

« Cheikh Ibrahim est un patrimoine religieux, culturel, intellectuel national, alors les autorités étatiques devraient s’en sourcer pour bénéficier de ses enseignements », a indiqué, Baye Niasse,  responsable politique à Grand Dakar. Non sans se demander si « les Nigériens apprécient  mieux Cheikh Ibrahima Niass que les Sénégalais ? »

Mieux, Baye Niasse, à ne pas confondre avec le marabout de Kaolack, (il est responsable politique à Grand Dakar), pense que « promouvoir ses enseignements dans les écoles et universités comme l’a fait l’Etat du Nord nigérien serait bénéfique pour notre système éducatif. »
Mais comme le disait son père Cheikh Abdallahi, rappelle Baye Niasse de Grand Dakar, « je suis un canon qui tire ici mais la cible  est ailleurs ».
Comme chaque année, le Nigéria organise, plus même que le Sénégal, un rendez religieux spécialement, dédié à Cheikh Ibrahima Niasse.
Des millions et des millions de fidèles nigérians, tous fidèles talibés de Baye, commémorent le saint homme comme jamais on l’avait encore fait au Sénégal. La paradoxe de tout, c’est que personne au Sénégal, n’en parle, ou peu.

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*