Mamadou Ndione, DG du Cosec, offre des fournitures scolaires et de matériel médical aux populations de Diass

Le directeur général du Conseil sénégalais des chargeurs (COSEC), Mamadou Ndione, a remis dimanche, des fournitures scolaires aux 25 écoles élémentaires et 31 écoles coraniques de Diass, ainsi que du matériel médical à ses six postes de santé.

‘’Grosso modo, nous avons distribué 12.000 stylos et 12.000 cahiers aux écoles primaires et arabes de la commune de Diass’’, a détaillé M. Ndione lors de la cérémonie. Il précise que le matériel médical est composé de fauteuils, de lits, d’armoires, parmi d’autres éléments nécessaires à la prise en charge sanitaire des malades. Il y a aussi des médicaments et d’autres produits pharmaceutiques.
Selon lui, ces actions entrent en droite ligne de la politique définie par le chef de l’Etat, Macky Sall, qui a inscrit le Sénégal dans une dynamique d’émergence.
Le DG du COSEC, qui est également responsable de l’Alliance pour la République (APR, au pouvoir), estime qu’il faut, pour l’émergence de Diass, des ‘’actions combinées et synchronisées des fils et autres forces vives de la localité’’.
‘’La santé, tout comme l’éducation, est un domaine prioritaire pour le président de la République. L’éducation et la santé sont des piliers de l’axe 2 du Plan Sénégal émergent (PSE) qui met en exergue le capital humain, parce que, comme disait un ancien ministre français et éminent économiste, +il n’est de richesse que d’homme+’’, a-t-il dit.
D’après le DG du COSEC, c’est en intervenant sur le facteur humain qu’on renforce et pérennise l’émergence d’un pays.
Pour lui, la santé étant ‘’une compétence décentralisée, au même titre que l’éducation’’, ‘’les communes doivent, sur la base de leurs moyens, renforcer ces secteurs prioritaires qui font partie des compétences transférées aux collectivités territoriales’’. ‘’Ce sont des domaines qui ont besoin d’accompagnement, parce qu’aucun pays au monde ne peut garantir tous les investissements ou toutes les actions nécessaires dans ce domaine’’, a-t-il insisté.
Il a rappelé que le chef de l’Etat a classé le capital humain comme deuxième axe prioritaire du PSE après les infrastructures.
‘’Depuis 13 ans, nous intervenons dans le social, conformément à la vision du président de la République qui a beaucoup fait en matière d’éducation et de santé, parce que convaincu que le PSE doit être porté par des jeunes bien instruits, bien formés, mais aussi des populations en bonne santé’’, a poursuivi le DG du COSEC.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*