Plan de paix de Trump: Abbas rompt «les relations» avec Israël et les États-Unis

La Conférence ministérielle extraordinaire de la Ligue arabe, pour répondre au « Deal du siècle » proposé par le président américain Donald Trump, a commencé samedi 1er février au Caire. Mahmoud Abbas, le président de l’autorité palestinienne qui a convoqué la réunion a rejeté d’entrée l’initiative américaine. Il a déclaré couper toutes les relations avec les Américains et les Israéliens.

Publicité

Pour Mahmoud Abbas, l’initiative américaine rendait caducs tous les accords signés. « Nous n’aurons plus de relations avec vous y compris au niveau sécuritaire », a-t-il déclaré en s’adressant aux États-Unis et Israël. Israël qu’il considère dorénavant comme une force d’occupation. Il a ajouté que les Palestiniens allaient poursuivre pacifiquement leur lutte contre l’occupation israélienne et pour l’indépendance « Les Palestiniens ont le droit de poursuivre leur lutte légitime par des moyens pacifiques pour mettre fin à l’occupation », a-t-il déclaré. S’adressant aux ministres arabes, il a ajouté : « Je ne vous demande pas de vous opposer aux Américains, mais de soutenir le peuple palestinien ».

« Injuste » envers les Palestiniens

Un soutien verbal qu’il a obtenu de la part de tous les ministres participants. Le communiqué final rejette même l’initiative américaine. Toutefois rares sont ceux qui l’avaient fait dans leurs déclarations. Certains même, comme les Émirats, Oman, le Koweït et le Maroc avaient trouvé positive l’initiative qui, selon eux, « pourrait servir comme point de départ pour de nouvelles négociations ».

Dans un communiqué samedi, la Ligue arabe a donc annoncé rejeter le plan de règlement du conflit israélo-palestinien annoncé plus tôt cette semaine par Donald Trump, affirmant qu’il était « injuste » envers les Palestiniens.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*