RDC : Pourquoi les violences continuent à Beni

A sniper from the Armed Forces of the Democratic republic of the Congo (FARDC) keeps watch at their military base on October 06, 2018 outside Oicha. - Attacks on FARDC bases by the ADF has become more common. The ADF usually attack at night over the weekends, in search of arms, ammunition and medical supplies. (Photo by JOHN WESSELS / AFP)

En République démocratique du Congo, l’heure est à nouveau la colère et à la frustration dans le territoire de Beni, dans la province du Nord-Kivu, après de nouveaux massacres attribués aux présumés rebelles des Forces alliées démocratiques (ADF). Ils ont tué quelques 70 civils, en deux jours, de mardi soir au jeudi 30 janvier.

Publicité

La colère est d’autant plus grande que les Forces armées de RDC (FARDC) claironnaient d’avoir pratiquement anéanti ce groupe depuis le lancement d’une offensive d’envergure sur les ordres du président Félix Tshisekedi. La société civile pointe une stratégie qui n’est pas appropriée, selon elle.

Les FARDC avaient multiplié, depuis trois mois et le début de leur grande offensive, les communiqués victorieux. Cinq des six chefs militaires et une centaine de présumés rebelles des ADF tués, la reconquête de leurs principaux fiefs et, il y a trois semaines, l’annonce en grande pompe de la reprise de Madina, « le dernier bastion des ADF dans la région », selon les termes du porte-parole de l’armée congolaise.

Depuis, une certaine accalmie était observée et la confiance commençait à renaître. Mais « tout cela a volé en éclats, après des massacres de dizaines de personnes en moins de trois jours », explique le président de la société civile de Beni-ville, Kizito Bin Hangi.

Stratégie remise en cause

La société civile met aujourd’hui en cause la stratégie des FARDC. Depuis le lancement de son offensive, fin octobre dernier, l’armée congolaise a concentré toutes ses forces à l’est de la route nationale n°4 qui relie Beni à l’Ituri, un peu plus au Nord. La société civile de Beni assure que le gros des présumés rebelles des ADF se sont alors repliés à l’ouest de ce grand axe routier, en même temps que la population. « Ils auraient mis à profit les dernières semaines pour se réorganiser », confirme un spécialiste de la région.

La société civile se demande « pourquoi les FARDC concentrent leurs efforts à l’Est, alors que l’ennemi massacre des populations sans défense à l’ouest de la RN4 ». Le porte-parole de l’armée ne pouvait être joint vendredi.

Il y a deux jours, le lieutenant Anthony Mwalwishay a appelé la population à la patience, en promettant que « les opérations en cours vont permettre d’anéantir totalement ce qui reste de l’ennemi, d’ici peu ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*