Revue de Presse du 14 Septembre 2019 : Les journaux commentent le désamour entre ‘’les sentinelles du pétrole‘’ et leurs militants

Une bonne partie des quotidiens évoque la désaffection entre ‘’Aar Li Nu Bokk’’ et certains de ses leaders et militants, qui n’ont pas pris part à la manifestation organisée vendredi à Dakar par ce mouvement de contestation, qui veille sur la gestion des ressources naturelles sénégalaises.

‘’+Aar Li Nu Bokk+ se fâche contre la masse’’, écrit L’As, journal dans lequel l’un des leaders de cette organisation, Abdourahmane Sow, exhorte ses camarades à changer d’attitude. ‘’Il faut arrêter de rester chez vous. Venez rejoindre le combat’’, lance M. Sow à la suite de ce que le journal considère comme ‘’une faible mobilisation’’, vendredi, place de la Nation.

Il s’agissait d’une marche de protestation contre la manière dont le président de la République et son gouvernement gèrent les ressources naturelles (pétrole, gaz, fer, etc.). Sud Quotidien se met d’accord avec L’As en parlant d’une ‘’faible mobilisation’’ des leaders et des militants du mouvement.

‘’Aar Li Nu Bokk’’ est à la recherche d’un ‘’second souffle’’, selon Sud Quotidien qui relaye l’appel d’Abdourahmane Sow invitant ses camarades à ‘’faire [leur] introspection’’ dans le but de ‘’renforcer la dynamique citoyenne’’ et de ‘’continuer le combat’’. —

‘’Lassitude ou ignorance des enjeux ?’’ — —

Que la participation à sa manifestation ait été massive ou faible, ‘’+Aar Li Nu bokk+ maintient la pression’’ sur la majorité présidentielle, selon WalfQuotidien.

Les opposants Ousmane Sonko, Malick Gackou et Barthélémy Dias ont, aux côtés des militants de la société civile Malal Talla alias Fou Malade et Cheikh Oumar Cyril Touré dit Thiat, réclamé ‘’la renégociation des contrats pétroliers et gaziers’’ signés par l’Etat du Sénégal avec des compagnies étrangères, rapporte le même journal.

‘’Les sentinelles du pétrole sénégalais ont encore battu le macadam, même si la foule n’a pas répondu à l’appel des [leaders]’’, constate le journal Kritik’. ‘’Lassitude ou ignorance des enjeux ?’’ se demande-t-il, soulignant que la manifestation de ce vendredi n’a rien ‘’des foules monstres qui, d’habitude, noircissaient la place de la Nation’’.

Les autres journaux mettent en relief d’autres sujets. Le Soleil annonce que ‘’la chimiothérapie sera gratuite dès octobre’’ prochain pour les femmes vivant avec un cancer du sein ou du col de l’utérus.

La promesse est faite par le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, qui annonce également ‘’une réduction de 60%’’ des coûts de la chimiothérapie pour les autres types de cancer, dont ‘’les cancers de l’enfant, le cancer de la prostate, les cancers hématologiques et broncho-pulmonaires, les cancers ORL et digestifs’’.

Le Quotidien joue les Cassandre en évoquant les ‘’drames’’ que risque de causer le canal Hann-Fann, à Dakar. ‘’Cela fait cinq ans (…) que la Protection civile a donné l’alerte sur le danger que constitue le collecteur Hann-Fann’’, rappelle le même journal, ajoutant que ‘’dans la nuit de lundi à mardi, une partie de l’ouvrage s’est affaissée sous un bâtiment nouvellement construit aux HLM 4’’.

— ‘’Le malaise Moustapha Diakhaté‘’ — —

‘’La décision du préfet de Dakar de faire démolir les constructions attenantes installe l’angoisse chez les familles touchées’’, écrit Le Quotidien. Dans ce journal, l’autorité administrative déclare que les habitants des maisons situées aux abords du collecteur doivent s’en éloigner sans contrepartie financière.

‘’Les impactés ne seront pas indemnisés’’, soutient le préfet de Dakar, arguant qu’ils occupent un espace relevant du ‘’domaine public’’, qui ne leur appartient pas.

EnQuête s’entreient avec le journaliste Abdou Latif Coulibaly, porte-parole du président de la République. ‘’Latif à cœur ouvert’’, titre le journal qui évoque le désamour entre le célèbre journaliste d’investigation et ses jeunes confrères qui ‘’regrettent de ne plus le compter parmi [eux]’’.

Etre ‘’homme politique et journaliste, ça ne rime pas bien. Allier les deux serait irresponsable’’, résume EnQuête, concernant la manière dont Abdou Latif Coulibaly voit son passage du journalisme à la politique.

L’Observateur, lui, évoque ‘’le malaise Moustapha Diakhaté au palais’’ de la République. ‘’Membre de l’Alliance pour la République et ministre-conseiller du président de la République, Moustapha Diakhaté agit comme un loup solitaire. Sur tous les fronts, il tire sur tout, au mépris, très souvent, de la ligne de conduite de son parti ou des positions du gouvernement’’, constate le même journal. ‘’Liberté de ton, courage politique ou manque de reconnaissance ? L’attitude de l’homme est décriée et est incompréhensible pour beaucoup’’, écrit L’Observateur.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*