Serigne Mbacké Madina (1913-1985) : Un pur Soufi, un dévoué Homme de Dieu… Par Ibrahima NGOM Damel*

La communauté mouride célèbre, ce samedi 29 Juin 2019,  le Magal de Serigne Mbacké Madina. Ce pur Soufi et dévoué homme de Dieu est le fils de Cheikh Mouhamadou Moustapha Mbacké, 1er khalife Général des Mourides (1927- 1945). Sa mère est  Sokhna Aminata Lô, elle-même, fille du très connu et reconnu érudit  de l’Islam, Serigne Ndame Abdourahmane Lô.

Serigne Mbacké a vu le jour en 1913 à Diourbel. A la fin de ses humanités, son père l’envoya à Kaël alors que son frère aîné Serigne Cheikh Mbacké Gaïndé Fatma demeurait, lui, à Naydé. Cette figure de proue de la Mouridya  était réputée pour son attachement viscéral aux préceptes de la foi islamique.

Tous ceux qui ont eu la chance de le rencontrer ont été frappés par son détachement vis-à-vis des choses de ce bas-monde,  futiles et inutiles, pourrissables et  périssables. Il ne recherchait que l’agrément de Son Seigneur. Le Coran était son viatique de tous les jours, sa lecture sa principale occupation. Le 11 mars 1978,  Serigne Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké dit Serigne Cheikh Mbacké Gaïndé Fatma, son frère aîné,  fut rappelé à Dieu. Il hérita, comme le veut la tradition mouride,  le  khalifat de l’illustre famille de Darou Khoudoss. Il s’employa, sur ainsi, à la réhabilitation de la Mosquée de Darou Khoudoss en 1979.  Le Saint homme fut rappelé à Dieu le 13 juillet 1985, plongeant toute la communauté  mouride et la Ummah Islamique dans l’émoi et la consternation. Son actuel est  Serigne Cheikh Bombaly Mbacké.

Pour la célèbre de son Magal marquant l’anniversaire de sa naissance, ses petits-fils entendent innover. Ainsi, ils organisent la veille une grande conférence religieuse axée, cette année, sur un  thème  d’actualité: « La mondialisation et ses conséquences : quelle solution ?». Il sera développé par Serigne Cheikhouna Mbacké Abdou Woudod.

Quelques témoignages sur Serigne Mbacké Madina :

Parlant de lui Cheikh Mouhamadou Moustapha (1888-1945) avait dit : “Je n’ai rien de plus que Serigne Mbacké en ce qui est de la lignée de Serigne Touba. Serigne Cheikh Mbacké Gaïndé Fatma est ma rémunération pour les services rendus à Serigne Touba. Serigne Mbacké quant à lui est un bonus que mon Seigneur m’accordé.”

“Si Serigne Touba était revenu sur terre, Serigne Mbacké n’aurait point besoin de changer la moindre once de son attitude. Il tire sa piété là d’où nous tirons la nôtre”, avait aussi dit Cheikh Mouhamadou Fadel (1888-1968), parlant de la posture et du comportement du Saint homme.

“Serigne Mbacké que voici est certes notre fils mais il est aussi imbu de valeurs que nous”, renchéri Cheikh Mouhamadou Bachir (1895-1866) en 1963, le présentant au président Léopold Sédar Senghor, lors de l’inauguration du forage de Top.

“Serigne Mbacké n’a pas l’envergure d’un petit fils mais plutôt celle d’un fils de Serigne Touba”, déclara Cheikh Abdou Ahad Mbacké (1913-1989). Lors de l’inhumation de Serigne Mbacké, il avait soutenu ce qui suit : “Serigne Mbacké n’a d’égal dans ce monde ici bas qu’il vient de quitter, il n’a d’égal dans l’au-delà où il se rend…”.

 Ibrahima NGOM Damel, Journaliste

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*