Tirs de missiles iraniens en Irak: guerre de communiqués et de déclarations

Nouvelle escalade, dans la nuit, de la tension au Moyen-Orient avec des tirs de missiles iraniens sur deux bases accueillant des soldats américains en Irak. Une riposte iranienne baptisée par Téhéran «Martyr Soleimani». L’Iran et l’Irak ont avancé des bilans contradictoires dans une guerre de communiqués. Dans l’attente de la réponse annoncée du président américain, qui prendra la parole plus tard dans la journée, ce mercredi 8 janvier, l’Irak craint de redevenir le théâtre d’un grave conflit armé.

La télévision iranienne annonçait ce matin que les frappes iraniennes – 15 missiles qui n’ont pas été interceptés – ont tué 80 « terroristes américains ».  Selon une source des Gardiens de la Révolution, rapportée par notre correspondant Siavosh Ghazi, 104 cibles avaient été identifiées pour une riposte si les Américains attaquaient l’Iran à leur tour. Cent quatre, c’est deux fois plus que le nombre de cibles avancé par le président américain, qui avait parlé de 52 cibles en Iran.

Les Gardiens de la Révolution indiquent dans un communiqué que si les États-Unis ripostaient à l’attaque iranienne, ils lanceront une attaque encore plus importante contre les intérêts américains dans la région.

De son côté, l’Irak qui avait été informé d’une opération imminente, annonce que 22 missiles se sont abattus sur deux bases sur son sol (Aïn al-Assad et Erbil) sans faire de « victime parmi les forces irakiennes ». « Il n’y a eu aucune victime dans les rangs des forces irakiennes », précise le communiqué du commandement militaire irakien publié sept heures après l’attaque menée par Téhéran.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*